Les chiffres de la criée de Boulogne-sur-Mer sont tombés: avec 32 028 tonnes de poisson débarqué sur les quais en 2017, Boulogne conserve son titre de premier port de pêche de France, devant Lorient (26 219 tonnes)

L’année dernière, la criée boulonnaise a enregistré 81 066 350 euros de poisson vendu (+ 3 272 901€ par rapport à 2016). C’est toujours la pêche artisanale qui tient le haut du panier, avec 18 726 tonnes de poisson débarqué. Viennent ensuite les bateaux étrangers, environ 8000 tonnes, et la pêche au large. Un bémol tout de même : la quantité de poisson débarqué par la pêche artisanale chute de 17% par rapport à 2016.

La pêche artisanale mieux valorisée

Si les petits bateaux ont moins pêché, ils sont tout de même parvenu à mieux vendre le poisson ramené à quai. Le prix au kilo est passé de 2,11€ en 2016 à 2,49€ en 2017 (+18%). Les pêcheurs peuvent notamment dire merci à l’encornet, très présent en mer l’année dernière (3 011 320 tonnes contre 1 683 440 en 2016). Sur un chiffre global de 81 millions, près de 21 millions d’euros sont issus de la vente de cette espèce !

Le cabillaud et la sole perdent de la valeur

En revanche, plusieurs espèces fréquemment présentes sur les étals de Boulogne, connaissent une dévaluation. Le cabillaud a ainsi perdu 4,98€ du kilo (-56%), tandis que la sole a vu son prix chuter de 3,22€/kg (-23%). On note également que le hareng, poisson roi à Boulogne, voit son tonnage diminuer lourdement, passant de 2 620 430 tonnes débarquées en 2016, à 806 933 tonnes en 2017.

 

Ecoutez le reportage de la rédaction

X
X