Ils étaient peu nombreux ce mardi midi devant le commissariat de Boulogne, mais les policiers boulonnais voulaient symboliquement marquer le coup après les violentes agressions de Champigny sur Marne et Douai. Des violences à l’encontre des forces de l’ordre de plus en plus fréquentes, y compris à Boulogne. Les policiers dénoncent l’absence de réponse pénale et le sentiment d’impunité qui grandit pour les auteurs des faits. Ils demandent une reconnaissance de la part de l’Etat, et plus de fermeté de la part de la justice.

Le ras-le-bol est là après l’agression de policiers Champigny sur Marne, ou celle de Douai au début du mois. Et le Boulonnais a son lot d’intervention à risques. Reportage :

La ministre de la justice est attendue ce jeudi à Boulogne.

X
X