Le conflit entre le groupe Partouche et le maire de Boulogne  prend une tournure inattendue. Sur les réseaux sociaux, le dirigeant Patrick Partouche a accusé Frédéric Cuvillier d’avoir tenu des propos à caractère antisémite. L’élu dément et va porter plainte.

14 juin dernier, à Boulogne. Alors qu’il prononce son discours pour l’inauguration de la résidence de tourisme construite place de la République, Frédéric Cuvillier ose un trait d’humour sur le casino voisin. “Le monstre Partouche a été terrassé“, déclare-t-il, faisant référence à la décision municipale d’expulser le casinotier et de confier la gestion de l’établissement au groupe belge Golden Palace

La petite phrase, prononcée en public, fait sortir de ses gonds le groupe Partouche (écouter notre reportage ci-dessous)… et son dirigeant Patrick Partouche, qui soupçonne le maire de l’attaquer sur ses origines juives. Sur les réseaux sociaux, ce dernier écrit: “Le “monstre Partouche”… mes doigts et mon nez crochu sans doute?” suivi d’un smiley en train de vomir. 

https://twitter.com/labanqueasaute/status/1144872808658427904

Ce lundi soir, le maire de Boulogne se défend et affirme qu’il s’agit d’une mauvaise interprétation. Depuis le post, Frédéric Cuvillier dit avoir reçu plusieurs messages le définissant comme “pro-palestinien”. L’élu a décidé de porter plainte. “Je ne peux pas laisser passer ça” explique-t-il.

Une polémique qui intervient alors que jeudi, le groupe Partouche a dû rendre les clés du casino de Boulogne, la mairie ayant décidé de confier la gestion de l’établissement au groupe belge Golden Palace. Une décision que Partouche ne digère pas.

Vendredi, le groupe a publié un communiqué pour dénoncer “l’inélégance”, la “désinvolture”, et “l’attitude fautive” de Frédéric Cuvillier. Ecoutez l’interview de Fabrice Paire, président du directoire du groupe Partouche.

 

 

X
X