La victime est une femme avec un léger handicap mental. (© Delta FM)

Un septuagénaire devant la cour d’Assises du Pas-de-Calais… Il est jugé depuis hier pour viol incestueux sur sa fille. Les faits présumés se sont déroulés à Blendecques de la fin des années 1990 à 2013.

C’est un secret de famille qui a finalement explosé en novembre 2013 avant d’atterrir ces jours-ci devant la Cour d’Assises. Alors qu’il rentre de manière inopinée chez lui après un déplacement professionnel, le compagnon de la victime la découvre, dans son lit avec un autre homme : son père. Une situation qui le choque beaucoup mais qui, dit-il, va “sauver sa compagne” : “si je ne les avais jamais vu, ça aurait continué”.

Car cette situation durait depuis des années. Selon le père, entendu à la barre du tribunal hier, c’est au cours des années 90 qu’il a commencé à ressentir du désir pour sa fille, alors âgée d’une vingtaine d’années. A cause d’une frustration sexuelle, sa compagne est moins disposée, et sa fille est là, elle ne dit pas non. Alors il commence par des caresses dans le canapé le soir, avant de passer aux rapports. Et sa fille, elle, se retrouve muselée dans le silence. Car elle ne peut pas dire non. De l’avis de tous, elle a un très grand coeur mais est intellectuellement assez limitée. Ses parents l’ont élevé à la dure, elle devait obéir, faire le ménage chez eux, n’avait pas son mot à dire. Un statut qu’elle a conservé à l’âge adulte et qui va l’enfermer dans cette situation.

Pour autant, le père avait sans doute conscience de la gravité de ses actes : à plusieurs reprises il a consulté des thérapeutes, s’est vu prescrire des traitements mais c’est la découverte par son beau-fils qui y met réellement un terme. Et fait exploser dans le même temps cette famille et son secret.

X
X