24 mois de prison, dont douze avec sursis et mise à l’épreuve pour un homme de 30 ans accusé de harcèlement sur sa compagne. Les faits se sont déroulés entre juillet 2016 et octobre 2019 à Wizernes et à Cléty. Il comparaissait également pour deux faits de violence. Compte-rendu d’audience.

Ils étaient ensemble depuis 2015. Au début, ça allait, puis ils ont eu leur premier enfant et sont venus s’installer dans l’Audomarois pour se rapprocher de sa famille à lui. Et c’est là que le calvaire a commencé pour elle. Les premières disputes, les premières insultes. Pendant 3 ans, de manière très régulière, il la rabaisse, la dénigre, l’humilie, avec en plus un problème d’alcool. Elle est sous son emprise. Il perçoit tous les revenus du foyer sur son compte, et elle ne dispose d’aucun moyen de paiements. Et à deux reprises, il aurait été violent avec elle, notamment en la bousculant.
A la barre, la victime explique s’être sentie comme « un déchet » à cause de lui. Elle dit ne pas l’avoir quitté car elle voulait que ses enfants grandissent dans une famille unie et qu’elle avait peur. De son côté, lui explique les insultes par un langage qu’il qualifie de familier. Il prétend vouloir la quitter depuis 3 ans, mais impossible car elle l’en aurait empêché. Sur son casier judiciaire, il n’a qu’une seule condamnation. Mais les faits sont graves : ils ont duré 3 ans, et l’emprise a été violente, notamment sur le plan psychologique. La procureure souligne son profil inquiétant et l’absence de remise en question. Elle a requis 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis et mise à l’épreuve.

Il a été relaxé pour les faits de violence. Il écope également d’une obligation de soin, de travail et d’une interdiction d’entrer en contact avec la victime.

X
X