3 ans de prison avec maintien en détention pour un homme de 43 ans actuellement détenu à Longuenesse. Il comparaissait cette semaine au tribunal de Saint-Omer pour une agression sexuelle. Les faits remontent à décembre 2019 et se seraient déroulés à Saint-Omer.

Le jour des faits, l’homme s’est rendu au domicile de la victime avec qui il entretient une relation depuis peu, bien qu’il soit en couple avec une autre femme. Ils s’alcoolisent ensemble en fin d’après-midi. Il réclame à la victime de pouvoir rester dormir chez elle. Cette dernière refuse et là, la situation dégénère. Il s’énerve et la frappe, violemment à plusieurs reprises et il l’agresse sexuellement. La victime parvient à interpeler son voisin qui appelle les forces de l’ordre. L’homme s’éloigne alors du domicile de la victime mais y revient après le départ des policiers. Ils seront obligés d’intervenir une seconde fois pour que ces violences cessent.

A la barre, l’homme reconnaît des violences, mais il les minimise, insistant sur le fait qu’il n’a mis que deux gifles à la victime. Il ne se souvient pas l’avoir agressé sexuellement. Sa version diverge avec les constatations médico-légales et il peine à convaincre les juges. Son profil, par ailleurs, interroge. Il a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des violences. Depuis ses 23 ans, il n’a passé que 4 ans en liberté. Mais il a conscience de ses problèmes. Depuis sa dernière mise en détention, il a demandé de l’aide et notamment un suivi psychologique.

L’homme a écopé également d’un suivi socio judiciaire de 8 ans, avec notamment une injonction de soins.

X
X