Bertrand Duez (2ème à gauche), le Président du tribunal de Saint-Omer

La Cour d’Assises de Saint-Omer va proposer aux jurés d’avoir une aide psychologique à l’issue du ou des procès au cours desquels ils auront siégé. C’est sur la base du volontariat. Ce dispositif va être expérimenté pendant un an et s’il est concluant, il va être étendu aux deux cours d’Assises du Nord et du Pas de Calais. Etre juré dans des affaires criminelles c’est une charge émotionnelle difficile. Le psychologue sera là pour écouter le ressenti des jurés, leur souffrance parfois et leur donner les clés pour vivre l’après procès.

Le dispositif va être expérimenté pendant un an , avant peut-être de concerner les Assises du Nord. Ce dispositif à ce jour n’existe que dans 2 tribunaux en France, à Pau et à Troyes. C’est donc une 1ère dans la région. Reportage :

X
X