C’est au tribunal de Saint-Omer que démarre ce lundi le procès de la mère et le beau-père du petit Yanis, décédé il y a 3 ans pour un pipi au lit. Rappel des faits.

Le drame remonte à la nuit du 5 au 6 février 2017. Ce soir-là, Yanis va passer la nuit avec sa maman dans le cabanon de son beau-père à Aire-sur-la-Lys. Mais le petit garçon, âgé de 5 ans, fait pipi sur le matelas qu’il partage avec les deux adultes. Son beau-père va donc lui infliger une punition terrible… Alors que la nuit est très froide, il fait 5 degrés dehors, il emmène Yanis sur le chemin de halage vers minuit. Et là, il l’aurait forcé à courir le long du canal sur 3 kilomètres en lui infligeant, entre autres, des coups de lampe torche sur la tête. Pendant ce temps, sa mère est restée dans le cabanon, le laissant seul avec son beau-père.
Pendant deux heures, Yanis subit donc cette punition, puis il s’effondre. A l’arrivée des pompiers, vers 3h du matin, il est en arrêt cardio-respiratoire, vêtu d’un slip et de chaussettes trempés. Son corps témoigne des violences subies : notamment avec des blessures à la tête, le nez cassé et plusieurs hématomes, des traces d’immersion dans le canal aussi.
Son beau-père est donc poursuivi pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans. Il est en détention provisoire. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès devra donc déterminer s’il s’agit d’un homicide volontaire. Sa mère, quant à elle, comparaît pour abstention volontaire d’empêcher un crime. Elle encourt une peine de 7 ans de prison.

Un procès qui va donc se dérouler plusieurs jours cette semaine, sans public, confinement oblige.

X
X