On a appris hier matin la disparition de Stany Specq, devenu il y a presque un an le référent de La République en Marche pour le département du Pas de Calais. Stany Specq s’est donné la mort à son domicile de Saint-Omer. Engagé depuis longtemps en politique, il a été adjoint au maire à Saint-Omer, chargé de la sécurité sous le mandat de Bruno Magnier pendant 6 ans. Battu aux dernières municipales, il avait rejoint depuis les bancs de l’opposition. Beaucoup d’élus locaux ont salué l’engagement de Stany Specq. Le député audomarois d’En Marche Benoît Potterie a déclaré avoir « perdu un ami, un homme engagé, sincère et généreux ». Dans un communiqué, François Decoster a souligné « le caractère engagé de Stany Specq et soucieux du cadre de vie des Audomarois ». Ce père de famille de 42 ans était fonctionnaire de la police au sein de la Compagnie Républicaine de Sécurité.

Stany Specq, 42 ans, père de famille, fonctionnaire de police chez les CRS, s’est donné la mort hier matin à son domicile. Un choc qui a mis le territoire en émoi. Caroline Saudemont, la maire d’Arques et élue En marche, a souligné son investissement pour le territoire :

Sous le mandat de l’ancien socialiste Bruno Magnier, Stany Specq a été adjoint à la sécurité à Saint-Omer pendant 6 ans, de 2008 à 2014. Et en tant que policier, il a toujours su mobiliser son réseau au service de la ville souligne l’ancien maire :

X
X