La radicalisation touche tous les territoires, y compris l’Audomarois. Quelques familles sont d’ailleurs suivies, des individus sont aussi fichés. Face à ce constat, un séminaire a été organisé à Longuenesse pour comprendre les mécanismes de la radicalisation. Les élus, chefs d’établissements scolaires, responsables de centres sociaux, policiers, pompiers étaient présents d’abord pour s’informer, mais aussi avoir des éléments pour identifier la radicalisation de jeunes. Un travail compliqué puisque les méthodes de recrutement des cellules extrémistes évoluent constamment.

La question concerne tous les territoires, pas seulement l’arrondissement de Saint-Omer, mais c’est à Longuenesse, à l’école d’ingénieurs, que s’est tenu hier un séminaire. Des débats qui s’adressait aux forces de l’ordre, aux services de secours, mais aussi aux enseignants, aux maires, aux associations… Reportage :

X
X