Un plan de lutte contre la radicalisation a été validé ce jeudi dans l’Audomarois. C’est la première convention signée avec l’Etat dans le Pas de Calais. Elle a pour objectif de mettre en place des actions de prévention afin de mieux identifier les signes de radicalisation et d’être en mesure de mieux réagir… même si un diagnostic n’a pas mis en évidence de problème majeur dans ce domaine sur notre territoire.

Ce programme s’inscrit dans le domaine de la prévention : il s’agit de se préparer à un éventuel phénomène qui pourrait se produire à l’avenir et de mieux réagir en cas de souci. Le sous-préfet de Saint-Omer, Jean-Luc Blondel :

Les professionnels seront chargés d’accompagner les parents dont les enfants seraient en voie de radicalisation… Ils devront aussi identifier les premiers signes qui doivent alerter :

X
X