Le jeune homme de 25 ans soupçonné d’avoir tué son père dans la nuit de mercredi à jeudi à Blendecques, a été placé en détention et mis en examen pour homicide volontaire.

Depuis les premiers témoignages de la famille, présente lors du drame, la version des faits a changé. Pour rappel, le fils est suspecté d’avoir tué son père de deux coups de fusil de chasse après une dispute familiale.

Dans un premier temps, la mère et les deux plus jeunes enfants ont été entendus par les enquêteurs, une première version a été livrée : le père de famille aurait tenté d’étrangler la mère lors d’une dispute. Une version dont le jeune homme aurait aussi fait part. Hors, d’après les premières analyses du médecin légiste sur la mère, il n’y aurait pas eu strangulation. Les trois témoins sont alors revenus sur leurs versions, expliquant qu’il y a eu dispute, mais que le père n’avait pas étranglé la mère et que cette dernière subissait depuis plusieurs années des violences verbales, psychologiques et physiques.

Selon nos confrères de France Info, le jeune homme de 25 ans aurait confié aux enquêteurs avoir caché par précaution un fusil de son père sous son lit il y a plusieurs mois. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

X
X