Chez Camaris, la mobilisation se poursuit. Troisième jour de grève au centre d’appels de Longuenesse où une partie des salariés a cessé le travail pour réclamer davantage de reconnaissance et de meilleurs salaires. C’est ce point qui bloque : reçus hier après-midi par la direction, les employés ont demandé un coup de pouce de 30 euros mensuels pour les travailleurs ayant de l’ancienneté dans l’entreprise. Cette proposition n’a pour l’instant pas été acceptée par la direction, qui se dit d’ailleurs surprise par ce mouvement. Le directeur affirme qu’il existe un vrai dialogue social au sein de l’entreprise. Il rappelle aussi que le site traverse une période difficile avec le départ de SFR et d’autres contrats pas encore signés… et que malgré les incertitudes, une prime exceptionnelle a été versée aux salariés en fin d’année. Camaris compte environ 400 employés à Longuenesse.

Quelques dizaines d’employés du centre d’appels de Longuenesse ont arrêté le travail depuis mardi. Ils se réunissent devant le site pour protester contre leurs conditions de travail. Juliette Callay, déléguée CGT chez Camaris, a détaillé les principales revendications des grévistes :

X
X