La prison de Longuenesse bloquée hier matin. C’est une quarantaine de personnes, soit près d’un tiers des effectifs des surveillants du centre pénitencier, qui s’est joint au mouvement national. Ce mouvement s’est déclenché suite à l’agression de trois surveillants à Vendin-le-Vieil jeudi dernier. Le personnel de la prison de Longuenesse réclame plus de sécurité dans l’exercice de leur fonction. Le mouvement doit être reconduit demain matin.

Au total, la prison compte 150 surveillants, c’est un tiers des effectifs qui s’est joint au mouvement national. En cause : le manque de sécurité et les agressions quotidiennes dont ils sont victimes. Ils l’affirment : l’épisode de Vendin-le-Vieil est loin d’être une exception. Yannick Lefebvre, secrétaire local UFAP-UNSA :

X
X