Un foulque macroule sur son nid (© F. Legris)

La biodiversité a profité du confinement ! Et on l’a constaté aussi dans le marais audomarois. Moins de bruits, moins de bateaux, certaines espèces d’oiseaux ont donc été plus visibles cette année. Mais les grands gagnants sont les amphibiens, qui ont pu profiter cette année d’une période de reproduction sans circulation, donc avec un risque diminué de se faire écraser.

En deux mois, le confinement a été bénéfique à la biodiversité. Et dans le marais audomarois, on a également pu le constater. Luc Barbier, du parc naturel régional des Caps et marais d’Opale :

Les animaux ont profité de ces espaces laissés libres de toute activité humaine pour vivre pendant ces quelques semaines. Et ceux qui en ont le plus profité, ce sont les amphibiens :

Autre différence provoquée par la confinement : le silence, qui a permis d’écouter des espèces d’oiseaux qu’on entend pas nécessairement habituellement. La baisse de la circulation routière a permis d’y prêter une oreiller plus attentive.

X
X