Photo d'archive

Dans l’Audomarois, 50 à 60 % des premières récoltes de choux fleurs ont été ravagés par les rats musqués. Les agriculteurs n’ont pas manqué d’évoquer le problème lors de l’Assemblée générale de la FDSEA à Esquerdes. Ces animaux sont de plus en plus nombreux et les pièges mécaniques n’ont plus l’efficacité nécessaire pour épargner la production des maraichers. L’utilisation des produits chimiques, c’est interdit depuis plusieurs années. Les agriculteurs audomarois, mais pas seulement, demandent à l’Etat de trouver une solution… et vite.

Ecoutez les explications de Jean-Pierre Clipet, de la fédération et agriculteur près de Saint-Omer :

Les agriculteurs avaient convié hier le sous-préfet de Saint-Omer à venir constater les ravages sur le terrain et les impacts économiques pour les maraichers audomarois.

X
X