Un sujet qui fait peur pour l’avenir des communes rurales... (Photo d'illustration) (© Delta FM)

Les élus des communes rurales inquiets face au manque de terrain à bâtir. En réunion cantonale, les maires ont abordé le sujet du Plan Local Urbanisme Intercommunal, soulignant le peu de terrain à bâtir dans les communes. Un sujet qui leur fait peur pour l’avenir des communes rurales.

Aucun permis de construire signé depuis quatre ans à Bayenghem-les-Eperlecques, il n’y a plus de terrain à bâtir. A Nort-Leulighem, on en signe un par an actuellement contre trois par an il y a quelques années.

Bref, on ne construit plus beaucoup de nouveaux logements dans les communes rurales. Et forcément, les maires sont inquiets : la crainte de voir la commune mourir faute de pouvoir accueillir de nouveaux habitants, devoir fermer des écoles. Le responsable selon eux ? Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, ou PLUI, établi il y a quelques années. Pour le maire de Zouafques, Franck Dupont, le document étant très complexe, ils ne se sont pas rendus compte qu’ils signaient “un projet impossible”.

En discussion avec Jean-Claude Leroy, le président du département, ce dernier a souligné la possibilité de réhabiliter les friches dans les villages. Une solution pas toujours évidente. A Nordausques, par exemple, le projet de béguinage n’aboutit pas à cause d’un pigeonnier du 15ème siècle présent sur le terrain.

Aucune solution n’est évidente. Les élus espèrent une révision du PLUI. Jean-Claude Leroy estime qu’il faut maîtriser l’étalement urbain. Quant au sous-préfet de Saint-Omer, Guillaume Thirard, il les a mis en garde : “Il ne faut pas rêver, on ne va pas revenir aux années 70”. Actuellement, le département du Pas-de-Calais consomme 500 hectares par an de fonciers agricoles. L’objectif d’ici 2030, c’est 500 hectares par an… mais à l’échelle de la région.

X
X