Une plante pourrait mettre à mal toute la biodiversité du marais en seulement quelques semaines.

En provenance d’Amérique du Sud et apparu dans l’audomarois en 2018, la jussie rampante n’est toujours pas éradiquée. Lors d’un premier chantier de ramassage il y a quatre ans, 25 tonnes avait été arrachées puis incinérées. Depuis, plusieurs opérations de chantier ont lieu pour empêcher cette plante de détruire peu à peu le marais. Plus de 400 kilos sont récoltés chaque année.

Mathieu Lorthiois chargé d’étude dans le parc naturel et régional des caps et marais d’opale.

 

Pour contacter le parc vous pouvez composer le 03 21 11 07 26

 

 


X
X