La vente du site, propriété d’ArjoWiggins, a été actée ce matin à Paris. Henry Bréban, dirigeant de la société Wizpaper, va faire renaître l’activité d’ici quelques semaines. C’est la fin d’un long combat.

Ce fut un long combat ! L’usine de Wizernes ne deviendra pas une friche industrielle comme beaucoup le craignait il y a 4 ans après l’annonce du départ d’ArjoWiggins. Ce mardi matin, le site est devenu la propriété d’Henry Breban, industriel audomarois, créateur de l’entreprise Express Packaging à Arques.
Depuis un an, Henry Bréban travaillait sur ce projet de reprise. Son investissement s’élève à 16 millions d’euros que la société Wizpaper, créée pour cette nouvelle activité, va réaliser en deux ou trois phases. Un risque financier et un engagement pour le dynamisme industriel du Pays de Saint-Omer que salue le préfet du Pas de Calais dans un communiqué de presse.
La reprise de la papeterie, c’est aussi la réussite de 4 ans de lutte sociale. La mobilisation des syndicats qui, jour et nuit, ont gardé les grilles de l’usine de peur de voir les machines être démontées ou délocalisées.
Et le préfet de souligner aussi l’engagement des acteurs publics via un soutien financier : 1 million d’euros de l’Etat, 900 000 euros de la CAPSO et 1,3 millions de la Région.
Il y a 4 ans, la fermeture de la papeterie engendrait plus de 300 licenciements. Un tiers des anciens salariés de l’usine ont retrouvé du travail, parfois précaire, d’autres sont partis en retraite et beaucoup sont toujours au chômage. Certains espèrent aujourd’hui reprendre leur ancienne activité. Mais l’effectif ne sera pas le même. Wizpaper, qui fera de la découpe et de la fabrication de papier pour ondulé, prévoit la création de 80 emplois directs. Les premières embauches se feront dans les prochaines semaines.

X
X