Les pompiers doivent braver parfois les pires dangers. Et en plus, il leur arrive de se faire agresser. C’est ce qui s’est passé ce dimanche matin, à Dohem. Ils doivent venir aider un groupe de cinq personnes, entre 19 et 15 ans. Fortement alcoolisés, ils ont eu un accident de voiture, ils ont foncé dans un mur, rue Principale. Sauf que ça ne s’est pas passé comme prévu.

Très vite les pompiers comprennent que cette intervention ne sera pas comme les autres, à peine les secours arrivés sur place, le conducteur de la voiture prend la fuite. Les gendarmes sont donc appelés en renfort.

Reste sur les lieux les quatre passagers de la voiture, ils ne sont pas gravement blessés, mais ils ont tous mal, certains à la tête, d’autres au niveau des côtes, décision est donc prise de les emmener à l’hôpital d’Helfaut. Sauf que le transfert dégénère, l’une des victime en crise de nerf agresse les pompiers, au moins l’un d’entre eux est frappé. Le camion de pompiers est même obligé de s’arrêter. Pour maintenir le forcené, et l’emmener vers le centre hospitalier, c’est la mission des pompiers à la base, deux agents des forces de l’ordre doivent monter dans le camion.

Une plainte est déposée. Ce n’est pas la première fois que les collègues pompiers se font violenter. En janvier dernier, le SDIS62 lors de son bilan de l’année 2019, avaient rappelé le nombre d’agression verbale, 45, un chiffre en forte hausse.

X
X