Pas d’annonce tonitruante lors de la venue de François Hollande mercredi à Arques… Le président de la République a visité la cristallerie et a délivré un message d’espoir : grâce aux efforts de tous, l’entreprise, menacée de disparition il y a 2 ans, est aujourd’hui sauvée et a de belles perspectives devant elle. Le président ne s’est pas rendu à la papeterie de Wizernes… Les élus locaux ont pu lui dire un mot sur la situation d’Arjowiggins. Les syndicalistes de la papeterie, en revanche, n’ont pas pu approcher François Hollande.

L’entreprise était menacée de disparition il y a 2 ans. Aujourd’hui, grâce au soutien de l’Etat et des élus locaux et aux efforts des salariés, elle a pu être rachetée, recapitalisée. De gros investissements ont été réalisés et le groupe va beaucoup mieux. Ce qui a permis à François Hollande de marteler qu’il n’y avait pas de fatalité :

Les syndicats ont pu rencontrer le Président. Ils ont insisté sur la nécessité d’aider l’entreprise à investir pour gagner en productivité. Car selon Frédéric Specque, de la CGT, Arc International doit poursuivre les efforts pour sortir définitivement la tête de l’eau :

X
X