Le verrier audomarois va devoir faire appel aux finances publiques. En cause, un nouveau logiciel informatique de gestion des stocks qui a demandé plus de main d’œuvre et entraîné des arrêts de lignes, retards de commandes et donc des pénalités financières. Le tout alors que les commandes sont présentes en nombre. Arc est en négociations avec l’Etat, la région, la CAPSO et les banques pour obtenir de l’aide. 

 

X
X