Le système de vidéoprotection est fonctionnel à Aire-sur-La-Lys. Les 41 caméras ont été installées dans le centre historique de la ville pour un coût total de 173 000 euros. Le but : aider la gendarmerie à résoudre des affaires, notamment en cas de petite délinquance. Et elle a déjà fait ses preuves ! Le 2 février dernier, elle a permis d’élucider un début d’incendie qui a eu lieu à la Collégiale. Un homme a pu être interpelé quelques heures à peine après les faits après avoir été repéré sur les vidéos.

C’est désormais la police municipale qui peut surveiller la ville par voie de vidéo. Mais attention, c’est très réglementé. Elle n’a accès à ces vidéos que sur demande de la gendarmerie, comme lorsqu’une plainte a été déposée. Et à Aire-sur-la-Lys, cette vidéoprotection est nécessaire. Jean-Claude Dissaux, le maire :

Une affaire a été élucidée quelques jours à peine après la mise en fonction de ce système. C’était le 2 février. Vincent Gressier, brigadier-chef principal à la police municipale :

Sachez que l’on peut également retrouver les propriétaires de chien qui ne ramassent pas les besoins de leurs compagnons à 4 pattes, si une plainte est déposée.

X
X