Les locaux de TIM n'ont toujours pas retrouvé de seconde vie. (© DeltaFM)

Pour l’instant, pas grand chose, et c’est là que le bât blesse. Deux ans après la liquidation de la société, l’usine de Quaëdypre n’est plus qu’une friche en attente de jours meilleurs. En avril 2020, le Président de la CCHF pensait pourtant voir le bout du tunnel, avec la promesse que l’usine serait dépolluée et prête à être investie par les nouveaux propriétaires. Quinze mois plus tard, rien n’a bougé et la dépollution du site en est toujours au point mort.

Ce qui met hors de lui André Figoureux : 

 

Le Président de la CCHF qui salue malgré tout l’action de la DREAL et le Etat. Mais pour lui, le blocage est ailleurs…

X
X