Le tribunal de commerce ouvre une procédure de redressement judiciaire chez TIM. La direction a donc été entendue, puisque c’est elle qui a en fait la demande.

Dans un communiqué, la direction de l’usine de Quaëdypre explique avoir perdu 50% de son chiffre d’affaire. Et sans le nommer, considère que c’est essentiellement à cause de son plus grand client qui n’a eu de cesse de retirer une grande partie de ses commandes. Et depuis septembre, ce même client, leader mondial de la fabrication de machines de construction, annonce fermer son usine en Belgique pour produire en dehors de l’Europe. En l’occurrence il s’agit de Caterpillar. Jusqu’alors, c’est TIM qui construisait les cabines de ces engins de chantier.

La direction déclare qu’elle va chercher à assurer le maintien des emplois et la poursuite de l’entreprise.

Du coté des syndicats, pas de réactions à cette procédure de redressement judiciaire.

Tim à Quaëdypre emploie 490 salariés. L’an passé, un plan social avait entrainé le licenciement de 123 personnes.

X
X