Les travaux auront duré plusieurs années. (© Noreade, illustration)

Une nouvelle station d’épuration du côté des Flandres, un équipement assez révolutionnaire…

La commune de Wulverdinghe vient d’être équipée d’une nouvelle station d’épuration. Un équipement qui aura coûté un peu plus de 300 000€, après plusieurs années de travaux. Une station qui est bien plus propre, bien plus verte. Elle fonctionne via un système de plante. De l’écologie au début et à la fin.

En fait, c’est la façon de traiter, de filtrer qui change, de façon plus verte donc. Avec des filtres plantés de roseaux. Le procédé est basé sur la percolation de l’eau usée au travers de filtrants de roseaux, colonisés par des bactéries qui assurent les processus d’épuration. Ce qui veut dire que les roseaux vont être nourris par ces eaux usées, une épuration naturelle. Une fois traités, les effluents sont rejetés dans la Clinke-Becque.

Pour le reste, c’est un système de barrage. Combien de roseaux pour faire ce barrage, les filtres plantés comportent deux étages en série. Le massif filtrant du premier étage est constitué de graviers, le second de sable. Les boues d’épuration obtenues se déposent sur ces deux étages, elles vont se transformer en croûte. Un curage, prévu tous les sept à dix ans, permettra d’évacuer ces boues séchées. Qui seront enfin valorisées en agriculture par épandage.

 


X
X