Delta FM vous en parlait dès vendredi. C’était le coup de théâtre de la fin de semaine dernière. Alors qu’il avait annoncé vouloir céder le site de Quaëdypre, l’homme d’affaires bulgare a finalement décidé de rester.

Fil Filipov est le roi du rebondissement. Tout semblait acté. Après son annonce fracassante de la vente de TIM à son concurrent Buisard, ce n’était plus qu’une question de jour… et patatra, la nouvelle tombe vendredi. Le Bulgare reste et rejette la proposition de Buisard. Pourquoi ? Une question de méthode. Filipov refuse que TIM soit placé en faillite volontaire, ce qui était le souhait de Buisard pour ensuite tailler dans les effectifs et repartir sur de nouvelles bases. C’est niet. Du coup, il reste et offre une nouvelle surprise à ses salariés, habitués aux frasques de leur nouveau patron. Alors que va-t-il se passer désormais ? L’entrepreneur a annoncé vouloir continuer à redresser le site qui fabrique des cabines, TIM a du potentiel, il le répète, les clients sont fidèles, la qualité et les compétences sont là, reste à travailler… un travail appuyé par la Région. Son président, Xavier Bertrand, était d’ailleurs à Quaëdypre vendredi pour signer une convention de soutien à l’entreprise. Le prêt de plusieurs millions d’euros promis par la région arrivera cette semaine dans les caisses. Filipov l’assure, des investissements seront faits mais la transformation s’accompagnera de changements dans les effectifs. Certains salariés feront l’objet de prêt dans d’autres usines et des départs en pré-retraite sont envisagés.

Les salariés restent méfiants, un peu fatigués par cette série de rebondissements.

X
X