Il était jugé lundi au tribunal de Dunkerque… L’adresse IP de son ordinateur était apparue dans un logiciel de traque des délinquants sexuels. Dans son ordinateur et plusieurs disques durs, les enquêteurs ont ensuite retrouvé 1.320 vidéos et photos d’enfants de 1 à 10 ans à connotation sexuelle, et des traces de milliers d’autres fichiers effacés. L’individu a écopé de 8 mois de prison ferme.

 


X
X