Le syndicat SNES FSU craint une fuite des collégiens vers les établissements privés (© Delta FM)

Disparition de la classe européenne, des classes bi-langues, suppression du latin et du grec, 30 minutes en moins de LV2 et technologie… Voici ce qui attend la plupart des collégiens du bassin dunkerquois à la rentrée. Dès septembre, la réforme des collèges entre en vigueur et s’applique à tous les niveaux, de la 6ème à la 3ème. Un sacré bouleversement dans les emplois du temps et les enseignements qui inquiète le SNES FSU. Selon le syndicat, cette réforme va faire baisser le niveau des collégiens et encourager la fuite des élèves vers les établissements privés. Les professeurs en colère ne baissent pas les bras, de nouvelles actions sont à prévoir.

Des heures de cours et des options seront supprimées en septembre. La réforme s’applique sur les 4 niveaux, donc le collégien qui, par exemple, était en 4ème et entre en 3ème, va vivre une rentrée particulière. Laurie Rohart, professeur de lettres classiques et déléguée SNES FSU :

Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, cet emploi du temps allégé ne plairait pas du tout aux élèves :

X
X