Laurent Loyer

L’inquiétude gagne les rangs des salariés d’Aliphos à Loon-Plage. Alors que le cours du phosphate s’effondre au niveau mondial, l’entreprise a dû revoir ses objectifs à la baisse, passant de 200 000 tonnes produites par an, à 40 000. Une nouvelle organisation du travail a été proposée par la direction, refusée par les salariés car jugée trop contraignante. La direction pourrait finalement choisir de mettre l’usine à l’arrêt entre 3 à 6 mois, avec le risque pour le syndicat CGT, qu’elle ne redémarre jamais.

Le propriétaire, le belge Ecophos, menace d’arrêter totalement l’usine pour une durée de 3 à 6 mois, un arrêt accompagné de chômage technique. La cinquantaine de salariée craint désormais la fermeture définitive du site. Laurent Loyer, de la CGT :

Contactée par la Voix du Nord, la direction du site nie catégoriquement la fermeture et table sur une reprise du marché dans les mois à venir.

0%
X
X