Les associatifs de Médecins du Monde avaient manifesté devant la CUD, lors du dernier conseil communautaire. (© deltafm)

C’est le triste constat effectué par l’association “Médecins du monde” qui œuvre sur le littoral. Chaque jour, les associatifs acheminent des milliers de litres d’eau sur le camp de fortune situé sur un terrain appartenant à l’État. Avec la canicule de la semaine dernière, la situation est devenue quasi critique sur le site. Selon Médecins du monde, outre les besoins pour boire, ces réfugiés n’ont droit qu’à une seule douche par semaine, ce qui crée entre autres, des pathologies cutanées. Les associatifs s’étaient tournés vers la CUD pour obtenir un point d’eau, mais c’est l’Etat qui bloque.

Comment expliquer cette réticence ? La réponse de Diane Léon, coordinatrice de Médecins du monde sur le littoral :

 

Les associatifs constatent également un fort turn-over sur le camp mais également la présence de femmes seules et de mineurs isolés. Aucune nouvelle réunion n’est prévue pour l’instant.


X
X