© Delta FM

Les salariés d’Ascométal mobilisés depuis ce matin ! Ils dénoncent le projet du groupe de supprimer 179 postes dans l’usine de Leffrinckoucke en délocalisant ses activités dans l’usine de Saint-Saulve près de Valenciennes. Le PDG Franck Supplisson veut mettre la main sur l’aciérie valenciennoise et y centraliser les activités d’aciérie, un projet qui aura sûrement le soutien financier de la Région qui devrait apporter 14 millions d’euros. Ce rachat devrait sauver plus de 300 emplois à Saint-Saulve. Les syndicalistes du Dunkerquois estiment être sacrifiés. “On supprime 179 postes à Leffrinckoucke pour en sauver 300 à Valenciennes” s’insurgent-ils. Un projet de reconversion du four dunkerquois serait dans les cartons et pourrait créer de l’emploi mais les salariés présents n’y croient pas. Ils sont mobilisés depuis le 13 septembre et comptent maintenir la pression.

Les activités de l’aciérie dunkerquoise vont être délocalisées à Saint-Saulve et Ascométal envisage de licencier 179 personnes sur le site Dunkerquois. Inacceptable pour les salariés concernés. D’autant que le conseil régional devrait appuyer Franck Supplisson, le PDG d’Ascométal, dans son action. Yannick Devalckenaer, délégué CGT à l’usine des Dunes :

Les salariés débrayent depuis le 13 septembre et depuis ce matin, ils bloquent les entrées du site. Pour Philippe Verbeke, c’est tout le secteur de l’industrie française qui est en train d’être démembré :

Le rachat devrait être effectif le 31 décembre prochain. D’ici là, les grévistes comptent mettre la pression sur la direction d’Ascométal.

X
X