C’est la fin d’un feuilleton qui aura duré plusieurs mois, l’homme d’affaires Fil Filipov a officiellement reçu l’aval du tribunal administratif de Lille, pour reprendre l’activité de l’usine de Quaëdypre. En redressement judiciaire, tout semblait perdu pour les 471 salariés qui ont craint jusqu’au dernier moment la liquidation pure et simple de l’entreprise. Mais la nuit dernière, alors qu’il avait annoncé avoir renoncé à reprendre le site, Fil Filipov a déposé une dernière offre de reprise. Le nouveau propriétaire de l’usine des Flandres devrait être à Quaëdypre ce lundi pour lancer ce nouveau projet. Avec son groupe Atlas, il a apporté 1,3 millions d’euros pour sauver Tim, et appuyé par l’Etat, la région et certains clients qui ont mis la main à la poche, le bulgare a finalement obtenu gain de cause.

Le soulagement est à la mesure du travail accompli pour Olivier Crespin, délégué CGT chez TIM.

23 personnes seront licenciées parmi les cadres de l’entreprise. Les 450 salariés restants ont du pain sur la planche, il faut maintenant que TIM retrouve sa compétitivité et remplissent à nouveau son carnet de commande.

X
X