Nicolas Hulot a récemment annoncé sa volonté de fermer 17 réacteurs nucléaires d’ici 2025. Le site gravelinois, l’un des plus anciens, en compte 6, ce qui fait de la centrale de Gravelines l’une des plus importantes en Europe. Si le ministre de l’environnement venait à mener son plan à bien, le site de Gravelines en ferait les frais. Malgré tout, le maire de Gravelines, Bertrand Ringot, se dit vigilant mais avant tout confiant quant à l’avenir du site. Pour lui, Nicolas hulot ne mesure pas toutes les conséquences d’une fermeture de plusieurs réacteurs, pour les ménages, mais aussi pour le tissu industriel dunkerquois. Par ailleurs, les travaux de rénovation, dit Grand Carénage, sont lancés depuis plusieurs mois. Ils devraient permettre à la centrale d’allonger sa durée d’exploitation de plusieurs dizaines d’années.

L’annonce de Nicolas Hulot a fait bondir les professionnels du nucléaire et tous les acteurs économiques, notamment dans le Dunkerquois. Car si la centrale de Gravelines fournit les Hauts de France en électricité, elle est également essentielle au tissu économique locale, et notamment pour Aluminium Dunkerque :

X
X