Six mois de prison ferme pour le gérant d’un centre de contrôle technique gravelinois. Il a été reconnu coupable de harcèlement moral contre une de ses salariés.

Cette employée avait un contrat de secrétaire, mais se voyait confier d’autres missions comme responsable qualité, ou femme de ménage trois fois par semaine, sans compensations financières et sans l’aval de l’inspection du travail. Elle a longtemps subi les reproches, parfois les insultes : “feignasse”, “t’es bonne qu’à manger de toute façon”, des propos tenus en privé et même devant les clients. L’inspecteur du travail, dépêché sur place, a constaté les faits. Le gérant a été condamné à verser 5 000 euros d’amende et 8 000 euros au titre de préjudice moral. La SARL devra verser 20 000 euros au Trésor Public. D’après nos confrères du Phare Dunkerquois, l’employeur peu scrupuleux, déjà épinglé par l’inspection du travail par le passé, écope également d’une interdiction de gérer une entreprise pour 5 ans.

X
X