2021 sera une année très importante pour la Centrale Nucléaire de Gravelines. Elle sera marquée par les visites partielles de l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour les réacteurs 2, 4, 5 et 6 mais surtout, par la visite décennale du réacteur n°1, en août. C’est à l’issue de cette visite que l’ASN délivrera, ou pas, une autorisation de poursuite d’activité pour les dix prochaines années. Le directeur, Emmanuel Villard, se dit confiant après une année 2020 marquée par le crise sanitaire et les retards sur de nombreux chantiers. Le site nucléaire gravelinois reste à l’origine de 10% de la production d’électricité du parc nucléaire français et génère 14 000 emplois directs, indirects et induits.

En 2021, l’objectif est de maintenir la production tout jonglant avec les arrêts de tranches, le début des visites partielles sur les réacteurs 2, 4, 5 et 6 et la visite décénnale sur le réacteur 1. Emmanuel Villard, le directeur du site de Gravelines :

L’enjeu est crucial puisque l’impact économique et social du site est colossal dans la région. L’an passé, EDF Nucléaire a acheté 270 millions d’euros de matériel et prestations à des entreprises des Hauts de France.

Notez par ailleurs que les travaux de sécurisation de la Centrale se poursuivent face aux risques de Tsunami et autre submersion marine. Les diesels premier secours sont tous opérationnels et les travaux de création d’une enceinte protectrice sont en bonne voie.

X
X