© Delta FM

Mouvement de grogne, mouvement de la dernière chance, à Gravelines, ce vendredi. Vers 14h, les salariés de la société gravelinoise Eupec se sont réunis devant la mairie. Ils veulent faire connaître leur colère. En mai dernier, un plan social était annoncé devant la baisse des commandes, avec 56 suppressions de postes. Sauf que depuis, rien n’a bougé du côté de l’actionnaire allemand. Du coup, ce sont les 104 postes qui sont menacés. Les représentants du personnel ont été reçus par le maire Bertrand Ringot.

Depuis l’annonce du plan social, l’actionnaire allemand Mutarès n’a rien proposé, alors que le groupe est solide et possède d’autres entreprises, à Lille ou à Honfleur, en Normandie. Les dirigeants de Mutarès ne répondent pas aux demandes des salariés. Leur représentant, Yannick Poix :

Les salariés ont symboliquement manifesté devant la mairie de Gravelines. Le maire les a reçus, pour les aider. Bertrand Ringot qui a eu des mots forts contre l’actionnaire :

X
X