De nombreux salariés étaient présents au tribunal de Dunkerque pour entendre le renvoi de leur dossier

Le dossier de l’ancienne usine Ajinomoto de Gravelines est renvoyé à fin février. Les salariés demandent des éclaircissements sur l’avenir de leur site de production d’aspartame qui multiplie les pertes depuis la reprise par Hyet Sweet. Ils craignent une mauvaise utilisation du compte fiducie qui servirait à les indemniser si les choses tournent mal… En attendant, un expert indépendant doit faire le bilan sur l’avenir de la société. Si la direction affiche sa confiance face à un éventuel rebond du marché de l’aspartame, ce n’est pas le cas chez les salariés qui craignent le pire. Le tribunal de Dunkerque réexaminera le dossier fin février avec cette expertise entre les mains.

Les ex-Ajinomoto craignent une mauvaise utilisation du compte fiducie, où se trouve 7 millions d’euros, et qui pourrait servir à les indemniser en cas de fermeture de leur entreprise. Ils souhaitent maintenant connaitre la vérité sur l’avenir du site. Leur avocat, Maître Ralph Blindauer :

X
X