C’était annoncé, c’est désormais le cas suite à un arrêté pris en début de semaine. Le 2 octobre dernier, une opération antiterroriste était menée sur place et chez des membres de l’association. Des armes avaient été saisies, et 3 hommes placés en garde à vue. Selon nos confrères de l’AFP, le préfet Michel Lalande estime que le lieu de culte contribue à “la diffusion de l’islam radical chiite à l’échelle européenne”, qu’il “diffuse des messages légitimant ouvertement le jihad armé” et qu’il “incite à la haine, à la discrimination et à la violence”.

X
X