Le nombre de réfugiés a récemment augmenté au camp de la Linière (© Delta FM)

Depuis quelques semaines, le nombre de réfugiés à la linière n’a cessé d’augmenter. Ils sont désormais 1 300, comme à l’ouverture du camp humanitaire l’an dernier. 12 000 places de CAO ont été ouvertes en France, c’est désormais insuffisant, d’où l’augmentation de la population à Grande-Synthe. Hors de question pour le maire Damien Carême d’installer de nouveaux chalets, il en reste 291 sur les 384 construits à la création du camp. Des réfugiés dorment actuellement dans les lieux collectifs, aménagés à la hâte, en attendant de trouver une place quelque part en France.

Après la fermeture de la Jungle de Calais, près de 300 personnes se sont présentées à Grande-Synthe, avant d’être orientés vers des centres d’accueil. Aujourd’hui, l’afflux de migrants continue, ils sont 1300 comme au moment de la création du camp : la faute au manque de places dans les CAO. Le maire de Grande-Synthe, Damien Carême :

A l’ouverture du camp, 384 chalets ont été construits pour accueillir les réfugiés. L’engagement du maire était de les retirer à chaque départ. Engagement tenu, puisqu’il n’en reste aujourd’hui que 291. Pour Damien Carême, hors de question d’en construire de nouveau. Le camp n’a pas vocation à durer :

X
X