A quelques jours du début du démantèlement de la Jungle de Calais, beaucoup de questions se posent autours du camp de la Linière

Pour le maire, hors de question que Grande-Synthe devienne un Calais bis après le démantèlement de la Jungle. Damien Carême s’inquiète à quelques jours de l’intervention policière à Calais. Le maire a eu l’assurance par l’Etat que les migrants les plus vulnérables se verraient offrir une solution en centre d’accueil et d’orientation en France. Le camp de la Linière est complet, il accueille 850 réfugiés. Damien Carême l’assure, les migrants qui se présenteront à l’entrée du camp de Grande-Synthe n’auront pas l’autorisation de s’y installer.

Est-ce que le camp de la Linière va voir arriver un afflux massif de réfugiés présents à Calais ? Pour le maire Damien Carême, c’est un non ferme et définitif. Sa ville n’a pas vocation à devenir un deuxième Calais. Le maire de Grande-Synthe tient à rassurer tout le monde :

X
X