Depuis lundi, un flot ininterrompu de voitures de bénévoles et de bus, replis de migrants, fait la navette entre le camp insalubre du Basroch et le nouveau camp humanitaire, le premier en France, situé zone de la Linière. Tout s’est déroulé dans le calme. Reportage :

A noter que si quelques réfugiés se trouvent encore dans l’ancien camp du Basroch, ils sont délogés aujourd’hui par les forces de l’ordre.

X
X