La mobilisation est reconduite demain matin. (© DeltaFM)

Les aides soignantes de la branche des soins infirmiers à domicile manifestaient ce matin devant les locaux de la structure, à Dunkerque. Elles dénoncent certains reculs sociaux, ce que réfute la direction.

Point de départ de cette colère, un changement dans le logiciel de calcul du temps de travail et des salaires. Selon les salariés, ce nouvel outil optimise trop le temps de travail et ne prend pas en compte les aléas liés aux déplacements comme les feux rouges ou les déviations, l’habillage ou le déshabillage ou les temps d’échanges entre collègues au moment des changements de poste. Ce que réfute la direction, qui indique que tout est calculé pour coller au plus près de la réalité du terrain et qu’en cas d’aléas, notamment sur le trajet, un signalement peut être effectué très facilement. Françoise Hilst, directrice générale rajoute que ce changement de logiciel était une nécessité pour la sécurité des données de la structure et pour l’harmonisation de ses différents services.

Un dialogue social entamé de longue date, mais au point mort

Le bras de fer est engagé depuis de nombreux mois entre d’un côté, les aides-soignantes qui estiment avoir perdu en rémunération et en qualité de vie au travail, et une direction qui affirme avoir mis fin à des arrangements et à des méthodes qui sortaient du cadre réglementaire. Cela concerne les heures supplémentaires, l’organisation des tournées et la rotation des week-ends. Tous ces points ont déjà été discutés, mais aucun accord n’a été trouvé. Les aides-soignantes mobilisées devraient être reçues ce mercredi matin.

X
X