Les faits remontent à la nuit de vendredi à samedi dernier. Les pompiers sont appelés à plusieurs reprises pour des départs de feu dans des poubelles. Ces départs ont fait des dégâts, notamment sur deux voitures et des façades de maison. Un homme, arrêté peu après les faits, était jugé hier à Dunkerque.

Le trentenaire est très agité dans le box des prévenus. Alors qu’il avait d’abord affirmé, en garde à vue, être l’auteur des départs de feu, être sans domicile fixe et sans emploi, il se présente au tribunal en clamant son innocence. Il affirme travailler et être locataire d’un appartement à Saint-Pol sur Mer. Un revirement qui en dit long sur l’instabilité du prévenu.
Les faits sont pourtant accablants. Déjà condamné à 7 reprises, notamment pour des incendies volontaires, il est arrêté samedi vers 2h du matin à proximité des départs de feu. Il a sur lui un briquet, sent fortement la fumée et a des cloques très récentes sur les mains. Devant le tribunal ce lundi, il évoque une chute accidentelle dans un lac, qui l’aurait poussé à allumer un feu pour se sécher. Un récit rocambolesque. La seule chose qui n’est pas contestée, c’est son état d’alcoolémie au moment des faits…
Face à l’instabilité manifeste du prévenu, le tribunal ordonne une expertise psychiatrique, qui servira lors de l’audience repoussée à la fin du mois de mars. D’ici là, le pyromane présumé est maintenu en détention. Il a quitté le tribunal en insultant copieusement les magistrats.

L’audience est reportée au 29 mars prochain.

0%
X
X