© Delta FM

Quand le geste citoyen se transforme en violence… Un détenu dunkerquois a obtenu une permission de sortie de la prison pour le premier tour de l’élection présidentielle, le 10 avril, pour aller voter, sauf qu’il en a profité pour se rendre chez sa compagne, qu’il a agressé… et n’est pas retourné dans les temps au centre pénitentiaire. Pour ces faits, il a été condamné à 8 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

 


X
X