Les familles n'ont plus de solution d'hébergement. (© DeltaFM)

Ces femmes et leurs enfants viennent d’être déboutés du droit d’asile, car elles ne rentrent pas dans les critères très stricts imposés par l’État. Elles ont donc injonction de quitter les centres d’accueil de demandeurs d’asile et se retrouvent sans toit au-dessus de la tête.

Incompréhensible pour Bernard Champagne, co-président de la ligue des Droits de l’homme de Dunkerque :

 

Depuis plusieurs jours, femmes et enfants, majoritairement originaires d’Afrique, dorment donc dans la rue, dans le Dunkerquois. Le CAO qui doit prendre le relai, est impuissant et a reçu des ordres très précis. Bernard Champagne.

 

Les élus de la CUD ont écrit au Sous-Préfet pour débloquer la situation. Ils n’ont pour l’instant pas reçu de réponse.

 


X
X