Ce mercredi au tribunal de Dunkerque, un procès pour homicide involontaire avait lieu. Un accident de trampoline mortel qui a coûté la vie au jeune Kassim, 21 ans, en février 2018 dans le complexe sportif de Petite-Synthe : Sports Zone. Compte-rendu d’audience.

A la barre du tribunal, deux hommes qui se renvoient la balle. L’un est le gérant de Sports Zone, l’autre est le fabriquant de trampoline. Tous les deux comparaissent pour homicide involontaire et tromperie sur marchandise. Un procès pour comprendre comment un tel drame a pu se produire dans cette structure qui venait à peine d’ouvrir ses portes au public. Les comptes-rendus d’experts traduisent un manque de sécurité en termes de signalétique et humains, pas assez d’employés pour surveiller la zone de jeu. D’ailleurs, lors de l’accident, personne ne surveille. De son côté, le gérant estime que même avec des consignes de surveillance plus sévères, le drame n’aurait pas pu être évité. Les experts pointent du doigt les installations et précisent qu’il y a un manquement dans les préconisations du fournisseur. Autre point reproché au gérant : le manque de qualifications de ses employés. Ils ne seraient pas assez formés pour une structure de la sorte. Le tribunal qualifie même les deux hommes « d’amateurs ». Le procureur a requis une peine de 18 mois assortie d’un sursis et 5.000 euros d’amende pour les deux hommes. Il demande aussi à la société de verser 20.000 euros.

Le délibéré sera rendu le 22 mars 2021.

X
X