Dès 4h, les premiers manifestants se sont installés devant le dépôt de carburant de Total et aux abords d’un autre dépôt à St Pol sur Mer. En milieu de matinée, ils étaient déjà 150, venus du littoral et une forte de délégation de l’Aisne. Les agriculteurs des Hauts de France vont rester sur place jour et nuit, se relayant pour maintenir le blocage pendant 3 jours au moins. Cette nuit et demain ce sont les agriculteurs du Pas de Calais, du Boulonnais et de l’Audomarois notamment qui prendront le relais des blocages.

A Dunkerque comme sur 12 autres sites pétroliers de France, la profession est mobilisée pour dénoncer la politique du gouvernement. L’Etat a autorisé Total à importer de l’huile de palme pour son usine du sud de la France. Colère des agriculteurs. Jean-Christophe Rufin, secrétaire de la fédération régionale :

Les importations d’élevages sont aussi au coeur du conflit. Depuis un an, la profession discute avec le gouvernement. Bilan des ces états généraux : un sentiment de trahison. Laurent Degenne, président de la fédération régionale :

A St Pol sur Mer, la matinée a été tendue. Les CRS ont empêché les manifestants d’accéder au dépôt de la société DPC. Après négociations, une soixantaine a pu s’installer devant les grilles de l’entreprise. L’avenue Berteaux reste ouverte à la circulation.

X
X