Toute la journée d’hier, les 6 jeunes interpellés lundi ont défilé dans le bureau des magistrats. Certains sont partis en prison dès hier soir, d’autres ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

En début d’après-midi, le parquet de Dunkerque a mis en examen les 6 individus, 4 mineurs et 2 jeunes majeurs, pour tentative d’homicide. Après enquête, ils auraient tous participé à la sauvage agression de Kévin, dans la nuit du 1er au 2 février en marge du bal du Chat Noir. 4 d’entre eux, 3 mineurs et 1 jeune majeur, ont été placés en détention, les premiers dans des unités réservées aux mineurs à plusieurs centaines de kilomètres de Dunkerque, le dernier dans une maison d’arrêt classique. Les deux autres ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Ces jeunes, qui se connaissaient tous du collège, ont des profils très différents, passant du premier de la classe, inconnu de la Police et de la Justice, au petit délinquant connu pour des petits trafics de stupéfiants, certains allaient au bal, et d’autres non. En revanche aucun d’entre eux n’était connu pour des violences. Sur les faits, la plupart les a reconnus, sans pour autant donner avec précision ni l’intensité de coups, ni l’endroit où ils ont été portés. Malgré l’analyse de la vidéo-surveillance, il est difficile de déterminer avec certitude le rôle de chacun. L’enquête se poursuit, mais la qualification des faits est criminelle, et pourrait mener ces jeunes devant une cour d’Assises.

Kévin Desmidt, 27 ans, se trouve toujours dans un état extrêmement préoccupant au CHR de Lille.

0%
X
X