Le Port de Plaisance du Grand Large ne ressemblera plus à ça d'ici 2030. (© Transeurope Marina)

La CUD présentait ce jeudi la 3ème étape de la transformation et de l’extension de la station balnéaire. Point de départ cette année avec un horizon dessiné à 2030. Rien n’est encore validé, il s’agit uniquement de projets, de principes directeurs.

Une redynamisation entamée en 2014 avec le rehaussement de la Digue des alliées, rendue plus large et piétonnisée pendant la période estivale. La second étape est encore en cours avec la rénovation et l’aménagement de terrasses sur la zone située entre le Grande Pavois et le Kursaal. Elle s’achèvera l’an prochain.

Révélé en début de semaine par Delta FM, il s’agit donc du projet « Marina », la 3e étape. Les principales annonces : 

  • La prolongation à l’Ouest de la station balnéaire jusqu’au Port de Plaisance du Grand Large, ce sera le projet dit « Marina ». Toute la partie située au Nord de l’avenue des Bordées est concernée. 
  • La construction de buttes végétalisées le long du canal exutoire, avec des habitations. 200 à 250 logements seront construits.
  • Le port de plaisance sera reconfiguré, avec des services nouveaux comme une station de carburant, un port à sec et une cale de mise à l’eau. 450 anneaux seront disponibles pour la plaisance
  • 700 mètres de quai avec des commerces et des restaurants avec terrasses exposées plein sud.
  • La priorité sera donnée aux déplacements doux avec l’aménagement d’une promenade.

La moitié de l’espace sera liée à l’aménagement d’espaces végétalisés. Les bassins du Commerce et de la Marine ne seront plus priorisés pour les bateaux habitués à sortir en mer. 

Une modification du panorama ! Demain, l’Usine Arcelor Mittal sera cachée par les nouveaux immeubles d’habitation. Cela changera la perception de la Digue.

La Ville et la CUD espèrent attirer les bateaux qui sortent souvent en mer. « Il faut aller chercher une nouvelle offre de plaisance » selon Patrice Vergriete. Dunkerque espère faire venir les belges, les néerlandais ou encore les anglais. Aujourd’hui, le Port du Grand Large n’offre pas les services nécessaires au développement de cette activité.

 


X
X